Archives du mot-clé Guitare

A la découverte du guitariste Patrick Rondat

Chères lectrices, chers lecteurs,

un peu de musique pour terminer la semaine, avec trois morceaux d’un guitariste que je vous propose de découvrir (ou redécouvrir!). Cette semaine cocorico, nous nous intéressons à Patrick Rondat, guitariste possédant une technique sans faille et dont la spécialité est la qualité de l’attaque de médiator. Intéressons nous à son album Amphibia, qui synthétise bien son style.

Equinoxe Partie IV – Amphibia (1996)

Extrait de son plus célèbre album, produit par Jean-Miche Jarre, voici une reprise qui rend hommage au claviériste.

Vivaldi tribute – Amphibia (1996)

Peut-être une des plus fameuses contributions de Patrick Rondat, cette adaptation de Vivaldi, l’Été extrait des 4 saisons (qui il faut le dire se prête à merveille au jeu tout en aller/retour du guitariste français).

 

Amphibia Part 1 – Amphibia (1996)

Ce morceau qui ouvre l’album pose une ambiance et montre le talent de producteur de Jean-Michel Jarre. La sonorité de la guitare de Patrick Rondat occupe magnifiquement l’espace et lance la série de morceaux à la perfection.

Publicités

A la découverte du guitariste Tony MacAlpine

Chères lectrices, chers lecteurs,

fin de soirée en musique, avec (si vous ne connaissez pas encore) la découverte du guitariste Tony MacAlpine. Né au début des années 60, il fait partie de la grande vague des guitar heros des années 80. Moins médiatisé que Steve Vai ou Joe Satriani, il fait partie des « hommes de l’ombre » (il joue beaucoup pour d’autres musiciens, non en son nom propre). Sa technique est sans failles, il se spécialise dans les longues lignes leggato et un jeu élaboré en tapping (ce qui fait que certains observateurs le comparent à Joe Satriani).

The sage (de l’abum Evolution) – 1995

Premier extrait de son célèbre album Evolution, ce morceau est caractéristique de la vague guitar hero 85/95, avec un thème épique et un jeu mêlant virtuosité du clavier et de la guitare (Tony MacAlpine joue aussi bien des deux). L’emploi des modes autre que majeur ou mineur traditionnels (comme le mixolydien) est à l’origine du caractère spécial du thème de ce morceau.

Chromaticity (extrait de l’album du même nom) – 2001

Autre exemple de composition élaborée, dans un style se rapprochant plus du néo-classique (moins kitch que ce que peut proposer Yngwie Malmsteen).

Collaboration avec Steve Vai – Get the hell out of here

Pour terminer une des plus célèbres collaborations de Tony MacAlpine, sur un morceau déjanté réunissant une brochette impressionnante de virtuoses; STeve Vai, Tony MacAlpine et Steve Harris (bassiste d’Iron Maiden). Du fun, rien que du fun.

La semaine de la Colombe – du 27 mars au 2 avril

Colombe

Chères lectrices, chers lecteurs,

cette semaine sur La Colombe:

Mercredi 29 mars – A la découverte du guitariste Tony MacAlpine.

Vendredi 31 mars – Babel tower is back?

Dimanche 2 avril – Nouveau numéro de La Colombe du Dimanche.

Pour être certain de rien rater, n’oubliez pas de vous abonner, c’est gratuit!

Julien.

A la découverte du guitariste Mike Stern

Chères lectrices, chers lecteurs,

fin de semaine en musique, je vous propose aujourd’hui de découvrir (ou redécouvrir si vous connaissez déjà) Mike Stern. C’est un guitariste de jazz-rock (parfois plus jazz, parfois plus rock), réputé pour l’élégance de ses lignes solo et le son crunshy qu’il tire de ses guitares Pacifica à simple bobinage (c’est un modèle Yamaha semblable aux Fender Telecaster). Mike Stern n’utilise jamais la virtuosité à des fins de démonstration et privilégie la pureté harmonique.

Fat Time – 1981

Ce morceau est une collaboration avec Miles Davis. Pas grand chose à ajouter à ce que vous allez entendre, si ce n’est que le son voilé caractéristique de Miles Davis se marie à merveille avec le jeu fin de Mike Stern. Ajoutons que les coups de slap de Marcus Miller ne gâchent rien. A consommer sans modération!

Tumble Home – 2006

Extrait de l’album « Who let the cats out? » paru en 2006, la présente vidéo est une version live de 2010. Ce morceau est représentatif du nouveau souffle jazz des années 2000, qui sans renier sur les fondamentaux amène des harmonies plus directes et moins « élitistes » que le bebop d’antan. Le jeu simple et direct de Mike Stern n’est pas étranger à ce succès.

Big Neighborhood – 2009

Extrait de l’album qui porte le même nom ce morceau est caractéristique de la diversité des sonorités jazz apportées au tournant du siècle. On retrouve des sonorités saturées, toujours portées par les lignes de solo directes et claires. Un modèle de simplicité harmonique, faussement basique.

 

A la découverte du guitariste John McLaughlin

Chères lectrices, chers lecteurs,

nous terminons la semaine en musique avec trois morceaux de John McLaughlin, guitariste de Jazz/Rock qui sévit depuis les années 60. Son jeu est caractérisé par sa perfection technique et son coup de médiator d’une précision exemplaire livrant de longues lignes de solo complexes parfaitement équilibrées. Bienvenue au royaume des modes et des tonalités peu orthodoxes, John McLaughlin est aussi un grand aventurier de l’harmonie!

Live avec le Mahavishnu Orchestra – 1974

C’est une des plus célèbres collaborations de John McLaughlin. L’extrait que je vous propose montre l’étendue du jeu du célèbre guitariste. Les allers/retour étouffés sont une des marques de fabrique de McLaughlin.

Friday night in San Fransisco – 1981

Autre célèbre collaboration, en trio avec Paco de Lucia et Al De Meola. Le morceau sélectionné rend bien compte des trois styles, les attaques au médiator claires et fortes d’Al Di meola, le jeu au doigt de Paco De Lucia et le jeu médiator tout en précision de McLaughlin.

Acid Jazz (de l’album The Heart of Things) – 1997

Voici un extrait livre d’un album plus récent. Le morceau porte bien son titre, on découvre la combinaison des attaques précises de McLaughlin avec un son moins propre donnant une composition étonnante.

La semaine de la Colombe – du 23 au 29 janvier

Colombe

Chères lectrices, chers lecteurs,

cette semaine sur La Colombe:

Mercredi 25 janvier – Est-il nécessaire d’avoir un « plan de lecture » quand on aborde la Bible?

Vendredi 27 janvier – A la découverte du guitariste John McLaughlin.

Dimanche 29 janvier – Nouveau numéro de La Colombe du Dimanche.

Pour être certain de rien rater, n’oubliez pas de vous abonner, c’est gratuit!

Julien.

A la découverte du guitariste Shawn Lane

Chères lectrices, chers lecteurs,

pour terminer la semaine je vous propose trois extraits du regretté Shawn Lane, guitariste virtuose décédé en 2002. Ses influences sont nombreuses, entre tonalités orientales, jazz et sonorités dignes de Frank Zappa. Il exploite toutes les techniques de jeu: legato, sweeping, aller/retour, etc… Injustement méconnu il n’a jamais bénéficié du même éclairage médiatique que Joe Satriani ou Steve Vai. Notons enfin que sa guitare de prédilection était une Vigier Excalibur, de fabrication française. Cocorico!

Purple Haze -1991

Cette reprise de Jimi Hendrix est réalisée à une époque ou Shawn n’a pas encore sa configuration matérielle idéale (il ne joue pas encore sur Vigier). Un peu brute de décoffrage, mais quelle technique!

West side boogie – 1992

Extrait de son premier album, Powers of ten, légèrement sous produit… Malgré le manque flagrant de moyen la patate et l’efficacité redoutable du jeu solo est bien présente!

Fretless improvisation – 1997

Ce dernier extrait est une improvisation aux accents indies réalisée sur une guitare sans frettes (fretless) de marque Vigier. L’enregistrement est de qualité médiocre mais laisse apprécier la technique et le touché incomparable de Shawn Lane