La magie à travers la Bible

Chères lectrices, chers lecteurs,

nous poursuivons la petite série « à travers la Bible », avec un thème en apparence folklorique et même rigolo, la magie. Voyons la magie à travers la Bible! Divination, spiritisme, sont des pratiques qui fleurissent de nos jours encore. Voyons à travers deux exemples ce que la Bible enseigne sur ces pratiques.

conjure-2313005_1920

Le point de vue de la Loi

Le peuple Hébreu a erré 40 ans dans le désert avant que la deuxième génération n’entre en terre promise. La Loi donnée par l’Éternel, rappelée dans le grand discours de Moïse rapporté dans le Deutéronome donne quelques indications assez claires en ce qui concerne la magie.

Dt 18.9-14

9 Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là. 10 Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, 11 d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. 12 Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel; et c’est à cause de ces abominations que l’Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. 13 Tu seras entièrement à l’Éternel, ton Dieu. 14 Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins; mais à toi, l’Éternel, ton Dieu, ne le permet pas.

Ces mots de Dieu peuvent paraître crus voir cruels dans le contexte du XXIe siècle que nous connaissons. Dans un précédent article j’avais eu l’occasion d’attirer l’attention sur le fait que l’amour du Seigneur était manifesté largement dans l’Ancien Testament, vous pouvez retrouver l’article ici, que le Dieu de l’Ancien Testament n’était pas différent du Dieu du Nouveau Testament. C’est cette conception erronée d’un Dieu « méchant » sous l’ancienne alliance qui serait devenu « gentil » sous la nouvelle qui fait que ces versets résonnent comme des sentences terribles.

L’amour gratuit et inconditionnel ne peut venir que de Dieu, pourquoi chercher d’autres piliers de spiritualité ou solutions miracles? C’est (entre autre) le sens de la mise en garde de l’Éternel dans ces versets du Deutéronome. Depuis la chute d’Adam et Ève l’être humain est enclin à chercher des solutions par lui-même (de même que nos parents qui ont cherché à manger des fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal) plutôt que de s’en remettre pleinement à la grâce de Dieu. Pour prendre le cas de la divination et du fait de chercher à connaître l’avenir, Matthieu rapporte des paroles sans ambiguïtés de Jésus disant que seul le Père qui est dans les cieux connaît le jour et l’heure de la fin. Chercher à connaître l’avenir en consultant un devin (le terme est un peu old school, on parle aujourd’hui plus volontiers de voyant) peut sembler anodin. Pourtant ça revient à ne pas placer sa confiance entre les bras (navré pour anthropomorphisme) du Seigneur, qui nous connaît et qui seul sait ce qui est bon pour nous.

Ces versets du Deutéronome, pouvant passer pour rébarbatifs et durs avec une lecture un peu rapide, sont au contraire une invitation à ne s’abreuver qu’à la seule source qui permet de ne plus avoir soif, l’Éternel notre Dieu. Chercher la vérité dans la médiumnité et la voyance revient souvent à perdre son argent, aller de gourou en gourou sans jamais avoir de réponse satisfaisante sur le pourquoi du comment. Se repentir sincèrement, prier le Père au nom de son Fils Jésus Christ est moins séducteur, humainement parlant, comme approche. C’est pourtant la seule qui permet de guérir de tout.

Laissez les morts tranquilles!

Voici le célèbre récit de l’invocation de Samuel, mort, par une femme à la demande de Saül:

1 S 28.15-19

15 Samuel dit à Saül : Pourquoi m’as-tu troublé, en me faisant monter ? Saül répondit : Je suis dans une grande détresse : Les Philistins me font la guerre, et Dieu s’est retiré de moi; il ne m’a répondu ni par les prophètes ni par des songes. Et je t’ai appelé pour que tu me fasses connaître ce que je dois faire. 16 Samuel dit : Pourquoi donc me consultes-tu, puisque l’Éternel s’est retiré de toi et qu’il est devenu ton ennemi ? 17 L’Éternel te traite comme je te l’avais annoncé de sa part; l’Éternel a déchiré la royauté d’entre tes mains, et l’a donnée à un autre, à David. 18 Tu n’as point obéi à la voix de l’Éternel, et tu n’as point fait sentir à Amalek l’ardeur de sa colère : voilà pourquoi l’Éternel te traite aujourd’hui de cette manière. 19 Et même l’Éternel livrera Israël avec toi entre les mains des Philistins. Demain, toi et tes fils, vous serez avec moi, et l’Éternel livrera le camp d’Israël entre les mains des Philistins.

Samuel n’est pas enchanté de s’être fait rappeler d’entre les morts. C’est le seul cas de nécromancie qui figure clairement dans le Bible, sans être un fin exégète on comprend avec l’exemple de Samuel invoqué à la demande de Saül que ce n’est pas une pratique casher.

Samuel lui-même, dans ses propos à l’attention de Saül, mentionne l’inutilité de la démarche, « pourquoi donc me consultes-tu, puisque l’Éternel s’est retiré de toi et qu’il est devenu ton ennemi ? » (1 S 28.16). Sans l’Éternel pour soutien, un fantôme, même celui d’un grand prophète comme l’a été Samuel, n’est d’aucune aide.

Au delà de ce récit du prophète décédé invoqué, l’enjeu est de ne pas vivre dans le passé. Un deuil est une expérience douloureuse à vivre, certains sont parfois tentés d’avoir recours à la nécromancie pour avoir quelques instants de communication avec l’être aimé perdu. Humainement c’est compréhensible. Pour vous faire une confidence (j’en fais très peu alors profitez-en! En même temps j’ai pas fait ce blog pour parler de moi) j’ai été tenté d’employer ce procédé il y a un peu moins de 10 ans quand un ami très proche (que je voyais deux fois par semaines, qui m’avait présenté l’évangile et présenté ma femme, c’est dire si il comptait pour moi) s’est suicidé. Pas de lettre, pas de signes, rien. C’est toujours une énigme pour moi et je soupçonne ce deuil mal digéré de me perturber encore aujourd’hui de temps à autre. Converti depuis deux ans à peine à l’époque des faits, j’ai été tenté d’essayer de contacter mon ami décédé par des moyens occultes. J’avais même commencé à faire le ménage sur ma table, à placer des lettres, et à prendre un verre pour « parler aux morts ». J’ai essayé deux ou trois fois (du genre « Ludo, est-tu là? C’est Julien »). J’ai vite arrêté heureusement et j’ai compris le non sens de cette pratique.

Si aujourd’hui encore je ne sais pas pourquoi mon ami s’est suicidé, je suis certain du non sens d’essayer de le contacter. La pleine confiance en notre Seigneur fait que je sais que son plan est parfait, demander des comptes sur le sort de mon ami reviendrait à mettre Dieu au banc des accusés. Voilà le vrai miracle du Seigneur. Seul l’Esprit consolateur est à même de durablement apaiser les douleurs. Ça va mieux de jour en jour, même si c’est encore parfois difficile.

Beaucoup de personnes, peut-être vous qui me lisez, avez eu affaire à un tel drame. La magie ne vous aidera pas. Elle vous soulagera peut-être à court terme, rapidement, comme un bon shoot d’adrénaline. Mais le seul qui est à même de vous guérir, peut être lentement, mais sûrement, c’est notre Seigneur et sauveur Jésus-Christ, par le moyen de l’Esprit Saint consolateur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s