Le modèle familial, vues bibliques et enjeux actuels

Chères lectrices, chers lecteurs,

Le message biblique contient bien des aspects, parmi lesquels des enseignements sur la famille. Les temps troublés que nous vivons peuvent avoir tendance à mettre à mal ce modèle, je propose dans cet article de voir en quoi il s’agit d’un enjeu de premier ordre.

assemblee_generale

A l’image de Dieu

Gn 1.26-28

26 Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. 27 Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. 28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.

Le verset 27 est adoucis par la traduction Segond, littéralement il est plutôt question de « mâle et femelle ». Une identité sexuelle claire est donc manifestée dès les premiers versets de la Genèse. Jésus reprendra pour enseigner ce passage quand lui sera posée la question du divorce, Mt 19.3-6:

3 Les pharisiens l’abordèrent, et dirent, pour l’éprouver : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour un motif quelconque ? 4 Il répondit : N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme 5 et qu’il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ? 6 Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.

La Genèse, cette reprise par Jésus, montrent un modèle de couple clair. Ces premières considérations, pour rester dans un cheminement chrétien, devraient faire réflechir sur la façon dont on aborde les relations homme/femme, qui ne sont pas une simple distraction (bien que dans sa grâce l’Éternel a rendu la chose agréable!) mais une réelle manifestation de la volonté de Dieu. Cette simple considération va à l’encontre de certaines tendances modernes. Par exemple le métro parisien a été pollué de publicités pour un site web de rencontres extraconjugales, voir un article ici.

Les deux ne feront qu’un

Les deux premiers chapitres de la Genèse nous présentent la création telle que l’Éternel l’a voulue. L’évocation des rapports de l’homme et de le femme est manifestée assez tôt dans le récit biblique

Gn 2.18-25 (Traduction Segond 1910)

18 L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui. 19 L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme. 20 Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui. 21 Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. 22 L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. 23 Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme.

24 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.

25 L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte.

Après l’affirmation du chapitre premier de la création de l’homme à l’image de Dieu, d’autres grandes vérités sont ici données par le livre de la Genèse. L’homme et la femme deviennent une seule chair, la femme est pour l’homme « os de ses os, chaire de sa chaire ». Avant même de parler de peuple hébreu et avant même de parler de descendance issue de Sem, la Bible nous présente le premier cercle auquel nous pouvons nous identifier, la famille. Certes il y a eu la chute, cependant l’ordre de s’unir et de ne faire plus qu’un a été donné avant le péché d’Adam et Ève, manifestant par là la volonté parfaite de Dieu pour ses brebis.

Les enjeux au XXIe siècle

Ces considérations sur le couple et la famille sont mises à mal de nos jours. Les personnes qui militent contre le modèle conjugal voulu par Dieu mettent en avant une prétendue vétusté de ce modèle. En clair il faut vivre avec son temps, s’attacher au modèle biblique relève de l’obscurantisme et fait montre d’un état d’esprit rétrograde. La bonne réponse à opposer à ces personnes est simple: les humains n’ont pas attendu les années 60 pour faire la promotion des idées libertaires! La vie infidèle et les familles déstructurées sont une fausse innovation, ce travers existe depuis toujours. Les écrits grecs les plus anciens attestent de meurs dissolues bien avant l’ère chrétienne. Les grands innovateurs que prétendent être les promoteurs de la liberté sexuelle débridée ne sont donc que de pâles imitateurs de travers moraux remontant (au moins!) aux citées grecques.

Comme nous l’avons vu l’argument d’affubler les chrétiens du titre de rétrogrades est creux, n’en déplaise aux bobos de St-Germain des Près. Cependant le véritable enjeu n’est pas de répondre à de telles attaques. L’enjeu est de continuer à promouvoir le modèle familial et conjugal voulu par le Seigneur, ne dit-on pas « que ta volonté soit faite? ». Il faut être à même de promouvoir ce modèle et prier pour nos proches. La télévision véhicule de plus en plus de valeurs anti-chrétiennes, avec comme dernière percée une série télévisée en prime-time sur la première chaîne racontant les aventures d’un transsexuel (la série « Louise »). TF1 est une chaîne privée et maîtresse de sa programmation. Charge aux familles chrétiennes de ne pas regarder ce type de programme avec des enfants. Le défit du XXIe siècle réside donc dans le discernement. Limiter tant que faire se peut l’influence des médias et leur promotion des valeurs non-chrétiennes, en prémunir les enfants, sans pour autant les couper du monde. Un vrai challenge!

Nous ne sommes pas du monde, mais nous sommes dans le monde. Rester attaché aux valeurs véhiculées dans l’Ecriture est une source de joies et de bénédictions, malgré les tempêtes. Prions pour les familles, pour les enfants, qu’elles restent soudées et unies selon la volonté de Dieu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s