Jeu de Simon le Magicien, jeu de vilain

Chères lectrices, chers lecteurs,

les apôtres du Christ ont rencontré au cours de leur ministère des personnages hauts en couleur. Les Actes des Apôtres témoignent de la puissance du message de l’Évangile face à des populations parfois récalcitrantes. Parmi les personnages ayant croisé la route des apôtres figure Simon le Magicien, dont l’histoire recèle de précieux enseignements.

800px-basilica_saint-sernin_-_simon_magus

Le texte, Ac 8.4-25

4 Ceux qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, annonçant la bonne nouvelle de la parole. 5 Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ. 6 Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu’elles apprirent et virent les miracles qu’il faisait. 7 Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris. 8 Et il y eut une grande joie dans cette ville.

9 Il y avait auparavant dans la ville un homme nommé Simon, qui, se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l’étonnement du peuple de la Samarie. 10 Tous, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, l’écoutaient attentivement, et disaient : Celui-ci est la puissance de Dieu, celle qui s’appelle la grande. 11 Ils l’écoutaient attentivement, parce qu’il les avait longtemps étonnés par ses actes de magie. 12 Mais, quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser. 13 Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s’opéraient.

14 Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. 15 Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu’ils reçussent le Saint-Esprit. 16 Car il n’était encore descendu sur aucun d’eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. 17 Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit.

18 Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, 19 en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit. 20 Mais Pierre lui dit : Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent ! 21 Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton cœur n’est pas droit devant Dieu. 22 Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s’il est possible; 23 car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité. 24 Simon répondit : Priez vous-mêmes le Seigneur pour moi, afin qu’il ne m’arrive rien de ce que vous avez dit.

25 Après avoir rendu témoignage à la parole du Seigneur, et après l’avoir prêchée, Pierre et Jean retournèrent à Jérusalem, en annonçant la bonne nouvelle dans plusieurs villages des Samaritains.

Converti, régénéré, est-ce la même chose?

Cet épisode du livre des Actes nous renseigne sur la différence entre être converti et être régénéré par l’Esprit. La conversion est ce qui semble arriver tout d’abord à Simon suite aux prédications de Philippe, « Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s’opéraient » (Ac 8.13). En arrêtant la lecture à ce stade on peut être tenté de se dire que tout va bien, Simon est converti et son passé de magicien derrière lui. La suite montre que les choses ne sont pas aussi simple, l’ancien magicien se livrant au péché auquel il a donné le nom, celui de simonie.

Comment Simon, converti, a-t-il cru pouvoir acheter le don du Saint Esprit aux apôtres? Simplement parce qu’il n’était pas régénéré. L’Esprit Saint n’inspire pas en vain les auteurs bibliques et ce passage nous est parvenu pour notre édification. A l’image de Simon, peut-être certaines personnes sont plus intéressées et impressionnées par le décorum ambiant (tonnerre du grand orgue, majesté d’une procession, grandes fêtes chrétiennes, etc…) qu’elles sont conscientes du don gratuit de l’Esprit Saint. En somme il est possible d’être converti à des usages et des coutumes, voir être admiratif de prodiges, sans pour autant avoir entamé une démarche sincère de repentance.

L’actualité du péricope

Comme dirait Johnny, on a tous en nous quelque chose de Simon le magicien. Ou plutôt devrais-je dire la plupart d’entre nous ont eu à un moment ou à un autre de leur parcours le même travers. Je ne parle pas d’aller jusqu’à vouloir acheter le don du Saint Esprit, mais simplement le fait de penser qu’il y avait un moyen humain de recevoir telle ou telle onction, par recherche ou par effort de notre part. La bonne attitude face à l’Éternel est beaucoup plus simple, elle a été annoncée par Jean-Baptiste, Jésus lui-même et dans le passage qui nous intéresse par Pierre, il faut se repentir.

Ce péricope nous rappelle combien Dieu nous aime et pourquoi ce n’est pas nous qui le forçons, par des moyens plus ou moins tordus, à nous donner telle ou telle onction. Penser ainsi, comme Simon, revient à diminuer la grâce souveraine de l’Éternel et penser que nous y sommes pour quelque chose.

Or nous n’y sommes pour rien, à Dieu seul la gloire!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s