En finir avec le célibat des prêtres?

Chères lectrices, chers lecteurs,

je vous propose d’aborder aujourd’hui le sujet délicat du célibat des prêtres. Le fait de ne se consacrer qu’à Dieu et à ses paroissiens est une différence entre les confessions chrétiennes, les pasteurs protestants pouvant mener de front une vie conjugale et familiale et leur ministère. Que nous dit la Bible sur le célibat des prêtres? Ce concept est-il has been?

col.romain

Un sujet compliqué

Le titre du présent article est je le confesse un peu tapageur. N’étant pas catholique romain ce sujet m’est même un peu étranger. Cependant il m’a semblé bon d’écrire quelques ligne sur ce sujet qui je pense reflète la conception que les chrétiens ont de leur prêtre ou pasteur. L’église catholique romaine autorise les diacres mariés à le rester, cependant la fonction de prêtre est soumise à la volonté de célibat.

L’évêque comme mari fidèle selon l’apôtre Paul

Je vais commencer par citer le Nouveau Testament, plus particulièrement la première lettre à Timothée, chapitre trois, les versets 1 à 5 (version Segond 1910):

Cette parole est certaine: si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une oeuvre excellente. Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni abonné au vin, ni  violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Eglise de Dieu?

Le terme évêque est ici la traduction du mot grec επισκοπος, « épiscope », qui peut se traduire plus généralement par responsable ou surveillant. L’apôtre Paul semble dresser dans ces lignes le portrait robot du responsable d’église type, mari fidèle qui tient sa propre maison en bon ordre. Nous voyons clairement que le célibat des prêtres n’est pas mentionné dans ce portrait robot. En plus de ne pas être mentionné être un bon mari qui tient ses affaires familiales en ordre est même un argument jugeant de la capacité à tenir une assemblée ecclésiale, si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Eglise de Dieu?

L’apôtre Pierre et les frères de Jésus mariés?!

Mais oui! Regardez tout d’abord ce que dit Paul dans sa première lettre aux corinthiens, chapitre 9 et versets 4 et 5 (version Segond 1910):

N’avons nous pas le droit de manger et de boire? N’avons nous pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas?

Il est à noter qu’ici « sœur » est employé dans le sens sœur en Christ et non sœur biologique, ça va de soit. Cet extrait, un questionnement rhétorique de Paul, montre que les frères de Jésus et Pierre (Céphas en araméen), ainsi que les autres apôtres, étaient vraisemblablement mariés.

Concernant Pierre nous pouvons faire le lien avec l’évangile selon Marc, chapitre 1 et versets 29 à 30 (version Segond 1910):

En sortant de la synagogue, ils se rendirent avec Jacques et Jean à la maison de Simon et d’André. La belle-mère de Simon était couchée, ayant de la fièvre; et aussitôt on parla d’elle à Jésus.

Certes me direz-vous il peut s’agir d’une deuxième femme suite à un remariage du père de Pierre (Simon). Ceci dit en recoupant avec la lettre aux corinthiens citée avant nous voyons bien qu’il s’agit de la mère de la femme de l’apôtre.

Intéressant de voir que celui nommé par nos amis catholiques « premier Pape » était marié…

Paul ne parle-t-il VRAIMENT pas de célibat?

Il faut être beau joueur, si, Paul en parle. Nous allons voir de quelle manière, il nous faut ouvrir le Nouveau Testament, la première lettre aux corinthiens, chapitre sept et versets 7 à 9 (version segond 1910):

Je voudrais que tous soient comme moi (c’est à dire célibataire, ndlr), mais chacun tient de Dieu un don particulier, l’un d’une manière l’autre d’une l’autre. A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il est bien pour eux de rester comme moi. Mais s’ils ne peuvent pas se maîtriser, qu’ils se marient, car mieux vaut se marier que de brûler de désir.

En effet Paul parle du célibat comme d’une vertu, mais une vertu qui est un don de Dieu, largement minoritaire. Il précise même que « brûler de désir » et ne pouvoir assouvir ce désir de mariage est nocif, dans ce cas mieux vaut se marier plutôt que maintenir coûte que coûte sa situation de célibataire. L’apôtre vante donc le célibat comme une grâce particulière, mais qui n’est pas donnée à tous. Ce que révèlent ces versets de la première lettre aux corinthiens c’est que l’ennemi du bien-être n’est pas la vie maritale, mais au contraire la frustration de s’en priver.

Un enjeu capital pour le XXIe siècle

J’ai avec ces passages tirés des écritures assemblé les principaux arguments que nous protestants mettons en avant pour justifier le fait que les pasteurs aient une vie maritale et familiale. Les catholiques romains ne sont pas sans ignorer ses passages, nous avons le même Nouveau Testament. Le célibat des prêtres a en partie été justifié par le fait qu’ainsi les paroisses ne pouvaient pas se transmettre de père en fils par des arrangements bidons. Certes, c’est un point de vue.

Je pense que ce célibat des prêtres a eu plus d’effets nocifs que d’effets bénéfiques. Si en effet des arrangements de père en fils ont pu être évités par le procédé de la chasteté, en revanche il me parait dangereux de généraliser à tous les prêtres le célibat, étant clair qu’il s’agit d’une condition particulière et marginale comme je l’ai montré en citant la première lettre aux corinthiens. Quels ravages sur un homme non préparé à ce sacrifice, de subir pour le restant de ses jours le célibat! Ne pas ressentir ses hormones comme l’apôtre Paul et se consacrer corps et âme entièrement à Dieu est une exception, que l’église catholique romaine a cherché à généraliser à tous les prêtres.

Combien de prêtres ordonnés ont-ils réellement cette onction de ne pouvoir écouter que Dieu et non pas ses hormones d’homme? Que se passe-t-il dans le corps et la tête d’un prêtre après 10 ou 20 ans de vie ecclésiale sans relation charnelle? Même Pierre, apôtre du Christ et marié, premier Pape selon nos amis catholiques romains, n’aurait pas su répondre à cette question.

Publicités

Une réflexion au sujet de « En finir avec le célibat des prêtres? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s