Jésus au cinéma

Chères lectrices, chers lecteurs,

nous allons nous pencher aujourd’hui sur les films inspirés des évangiles, il y en a eu beaucoup. Certains sont fidèles au texte, d’autres prennent plus de liberté. Certains durent deux heures, d’autres sont des mini séries de quatre fois une heure et demie. La meilleure façon de découvrir les évangiles reste de les lire, bien entendu. Cependant le cinéma est un bon moyen d’accès, étant entendu que le visuel et certains points relèvent de la vision d’un réalisateur et ne sont donc pas infaillibles.

Jésus de Nazareth de Franco Zeffirelli, 1977 : Si vous ne devez en voir qu’un seul c’est celui-ci

jesus_of_nazareth

Il s’agit d’une mini-série de quatre films d’une heure trente. Le temps passe très vite, c’est plutôt pas mal réalisé, dans un style épique rappelant les grandes fresques bibliques portées au cinéma. Le casting est impressionnant: Ian Holm, Christopher Plummer, Anthony Quinn, Claudia Cardinale, Peter Ustinov. Cependant la palme revient à l’acteur portant la lourde tache d’incarner Jésus, Robert Powell, qui livre une très belle composition.

Le contenu est complet et emprunte à tous les évangiles, offrant un panorama de la vie de Jésus, de l’annonce de sa naissance à sa résurrection. A noter que pour des besoins de raccord il y a certaines inexactitudes, par exemple le discours du sermon sur la montagne est prononcé par Jésus dans le temps de Jérusalem dans ce film. Ces quelques libertés avec le déroulé des évangiles n’efface pas l’efficacité de l’oeuvre, à l’origine une commande du Pape Paul VI pour créer un renouveau dans la foi.

Jésus de Peter Sykes et John Krish, 1979 : Le plus conforme aux écritures

Brian-Deacon

Ce film est un outil d’évangélisation. En effet il n’y a pas de sucre ajouté par rapport au texte de l’évangile, hormis de très rares liaisons. Le parti pris a été d’adapter l’évangile selon Luc, et rien que l’évangile selon Luc. La production n’est pas mauvaise, loin de là, les deux heures de film passent très bien. Il n’y a pas d’acteurs vedettes dans cette production, cependant tout le monde s’en sort honorablement.

Ce projet a une volonté évangélique manifeste. On peut le regarder gratuitement en HD sur le site du projet: https://jesusfilmmedia.org/ A noter l’ajout d’une introduction rappelant brièvement les enjeux de l’Ancien Testament. Une fois sur le site, cliquez sur l’icône en haut à gauche, le film est par défaut en anglais mais libre à vous de changer la langue.

L’évangile selon Saint Matthieu de Pier Paolo Pasolini, 1963 : le plus mythique

3502144_6_3d29_c-est-enrique-irazoqui-qui-interprete-jesus_638d0c871d9bbc74327fae87c00d1f33

De même que le Jésus de 1979, ce film est très fidèle au texte de l’évangile et se concentre sur un seul récit, celui de Matthieu. Il n’y a aucun acteur professionnel au casting, une des originalités de cette version est que la personne choisie pour interpréter Jésus casse un peu le code de l’allure habituelle que nous imaginons du Seigneur. Pas de longs cheveux ni de barbe fournie pour le Jésus de Pasolini! L’acteur inconnu du grand public qui interprète le messie est excellent, la performance s’apprécie en version originale sous titrée.

Il s’agit du premier grand et bon film sur le Christ et demeure très apprécié par sa justesse doctrinale (pas de sucre ajouté par rapport à l’évangile) et la qualité des acteurs.

La passion du Christ de Mel Gibson, 2004 : le plus intense

13240

De l’avis de beaucoup, c’est le film qui souligne le mieux l’importance et le sens du sacrifice de Jésus à la croix. Le film se concentre sur les dernières heures de la vie du Christ, du jardin de Gethsémani à la résurrection en passant par le procès et le chemin de croix. Le tout est entrecoupé de flash-back sur certains événements clés du ministère de Jésus. Le moins qu’on puisse dire c’est que le film ne laisse pas insensible, l’intensité des scènes de supplices est superbe. Un peu trop superbe peut-être, certains diront non sans raison que l’intensité de la violence par son réalisme tourne parfois au voyeurisme morbide.

Vous aurez reconnu sous les traits de Jésus l’agent John Reese de la série Person of Interest, à savoir l’acteur Jim Caviezel.

Je ne suis pas certain que ce film est la meilleure façon d’avoir un aperçu juste du message du Christ, cependant il est à voir ne serais-ce que pour la performance des acteurs, qui parlent en langue d’époque, latin et araméen. Mel Gibson a poussé le réalisme jusqu’au bout!

Son of God de Christopher Spencer, 2014 : le plus consensuel

0290017107013098-c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO2k6NjU2O3M6NToiY29sb3IiO3M6NToid2hpdGUiO30=-bible1

Ce film est tiré de la mini-série TV La Bible et ne regroupe que les épisodes liés à la vie du Christ. J’ai déjà eu l’occasion de parler de la série, c’est ici. Rien de nouveau pour le film. Il a été reproché à l’acteur interprétant Jésus une composition un peu trop séductrice, allant jusqu’à le qualifier de « hot Jésus ». Reste un divertissement plaisant, hollywoodien, bien ficelé. Malgré le message des producteurs disant que l’histoire est « au plus près de la Bible » il n’en est rien. Certes le message n’est pas modifié dans les grandes lignes, cependant il y a beaucoup d’ajouts permettant de fluidifier le récit. Sur certains points précis, la doctrine s’en trouve modifiée, ce qui là est un peu plus problématique. Les modifications doctrinales ne sont pas majeures et tendent à rendre consensuel le message biblique.

A prendre plus comme un spectacle divertissant sur fond biblique que comme une source d’information crédible sur le message des évangiles…

Et tant d’autres…

J’aurai pu citer bien entendu La dernière tentation du Christ, film sulfureux de Martin Scorsese sorti en 1988. Complètement loufoque du point de vue doctrinal, le film n’en est pas pour autant excellent. C’est à mon sens la meilleure représentation de la tentation au désert du Christ pendant 40 jours.

A noter aussi un téléfilm en deux parties Jésus, diffusé sur CBS en 1999 avec Jeremy Sisto dans le rôle de Jésus. La particularité de ce film, en fait deux épisodes de 120 minutes, réside en la présence de Gary Oldman qui campe un Ponce Pilate hors normes et complètement déjanté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s