La Colombe du Dimanche – Numéro 11 – Edition du 17 janvier 2016

Chères lectrices, chers lecteurs,

voici le lien de téléchargement:

La Colombe du Dimanche – Numéro 11 – Edition du 17 janvier 2016

Dans ce numéro, qui pourrait s’appeler « spécial semaine de prière pour l’unité des chrétiens », je commente un texte de la liturgie de l’église universelle, un extrait de la première lettre aux corinthiens. Nous verrons quelle est la vision de l’apôtre Paul quant aux dons que nous recevons et verrons où peut nous mener cette réflexion.

J’en profite aussi pour apporter mon modeste soutien à Arnaud Dumouch, avec qui j’ai eu le plaisir et le privilège de faire une série de vidéos d’œcuménisme, qui connait quelques difficultés avec sa hiérarchie. Courage à toi Arnaud, mes prières pour que tu trouves la force de surmonter l’épreuve!

Pour signer la pétition pour la réintégration d’Arnaud, c’est ici!

Publicités

56 réflexions au sujet de « La Colombe du Dimanche – Numéro 11 – Edition du 17 janvier 2016 »

  1. Béréenne attitude

    Bonjour, Comme vous semblez ‘en plein dedans’, je me permets de vous demander quel est le but de l’unité des chrétiens? Quel est le but recherché ? Car c’est la grande mode de parler d’unité mais dans quel cadre, dans quel but, pour arriver à quoi ?

    J'aime

    Répondre
    1. satch669 Auteur de l’article

      Bonsoir,

      l’objectif est de rendre un peu plus intelligible l’évangile. L’unité que j’appelle de mes vœux est simplement le fait de pouvoir avoir un dialogue apaisé entre chrétiens ou pas de dialogue du tout, mais en tout cas d’éviter les inutiles empoignades. Je suis toujours surpris par la virulence de certains propos de chrétiens entre eux, je pense que c’est globalement nuisible à l’évangile et donne plus l’image d’une horde d’enragés voulant en découdre le couteau sanglant dans la gueule plutôt que l’image de chrétiens ayant leurs différences et sachant en discuter calmement entre adultes.

      « Unité » est en revanche le terme breveté pour cette fameuse semaine, que je reprends moi-même. Mais si voulais être exact je parlerai plus volontiers de « semaine de prière pour la concorde ». En effet unité peut sous-entendre qu’il y a une volonté de rassembler tous les chrétiens dans une seule et même confession, ce qui n’est absolument pas le cas.

      J'aime

      Répondre
      1. Béréenne attitude

        Et l’unité supprimerait les disputes ? Et tous les propos ‘vindicatifs’, critiques, orgueilleux dans le sens ‘nous’ on a mieux compris que d’autres ? Car on est ensemble et beaucoup à penser ‘tous la même chose’, c’est exactement ce que tous les (dits?) fondamentalistes (ou dits ?) intégristes revendiquent : nous on a compris une chose que vous n’avez pas compris et on ne souhaite pas ‘collaborer’ avec vous qui n’avez pas compris !

        J’ose espérer que ceux qui souhaitent s’unir ne tombent pas dans les mêmes travers! 🙂

        J'aime

  2. Béréenne attitude

    J’ai pris le temps de relire attentivement le PDF de ce dimanche. Une phrase envers les charismatiques (intégristes ?) interpelle : Cependant, je trouve rapide au jugement certains prédicateurs qui manifestent qu’au fond, leur propre communauté est la seule validre pour louer le Seigneur. Avec de tels propos, l’intégrisme n’est pas loin, en plus comme je pense l’avoir montré d’être inexact théologiquement. Les catholiques charismatiques disent la même chose : recevoir le Saint-Esprit est ‘particulier’. Je ne sais pas si la phrase s’adressaient autant à eux car il est parlé uniquenment de pasteur. C’est généralement, ce que font aussi certains charismatiques : le démontrer théologiquement. C’est pourquoi, je m’interroge actuellement sur le but de l’unité qui semble dire : soyons unis avec tous mais pas avec ceux qui ne pensent pas comme ??? J’ose espérer que ma dernière phrase ci-dessus sera objectivement, rapidement et très facilmenent ‘démentelée’ et rendue ‘caduque’ par de très nombreux dires et écrits des uns et des autres à ce sujet. Mais en reprenant une méthode comme ‘démontrer théologiquement par un unique passage de la Bible’ sans prendre le Nouveau Testament en entier me semble périlleux. Pourquoi reprendre ce passage là ? Il y a bien d’autres écrits dans la Bible … donc je retombe sur mes quesitons précédentes, quel est le réel but recherché dans cette nouvelle mode? Lutter contre les charismatiques? Si oui, pourquoi donc? C’est une des églises qui grandit le plus actuellement et qui compote le plus de membres (réels) au niveau mondial. (Réels dans le sens pratiquants). Pourquoi être dérangés par ces doctrines ? Ou par ces témoignages là ? Dans votre texte, vous parlez de témoignages. Je différencierais de mon coté, le témoignage de la doctrine.
    Retour à la case départ, pourquoi prier pour l’unité, dans quel but, pour lutter contre quoi et pour quoi ?

    J'aime

    Répondre
    1. satch669 Auteur de l’article

      Re,

      je pense avoir écrit que le christianisme charismatique était une grande source de renouveau, en effet il y a dans ces communautés une vraie ferveur. Ma remarque sur ce souffle nouveau apporté par ces communautés n’est pas de la condescendance, je le pense sincèrement.

      Par unité je reprends juste mes derniers propos de ma réponse précédente, à savoir que le mot « concorde » est plus approprié que « unité ». A savoir pouvoir communiquer tranquillement, cool, relax. ça apporte clarté aux propos et vu de l’extérieur (donc de personnes non encore converties), ça évite la détestable image de personnes qui gueulent à tort et à travers.

      Bref, en résumé: cool, zen, tranquille. On discute peinard des différences, on s’énerve pas, on reste corrects (ce qui n’empêche pas l’humour et des petites piques de temps à autre).

      OK avec vous pour dire que je n’ai pas « montré théologiquement », le terme est mal choisi. Je dirais que c’est avec ma sensibilité ce que j’ai compris de ce passage. Mea culpa.

      Pour les textes, je choisis simplement ceux qui apparaissent dans la liturgie des textes du dimanche. Après je choisis celui des trois (AT, épître ou évangile) qui m’inspire le plus.

      J'aime

      Répondre
      1. Béréenne attitude

        Super cette vision de partages paisibles etc. Communiquer tranquillement ! Super !;) Je ne connais pas très bien les liturgies du dimanche dont vous parlez. Est-ce que plusieurs églises se rassemblent pour une même ‘liturgie du dimanche’ et si oui, en fonction de quoi ? Je n’ai pas bien compris car vous avez justement repris la liturgie de 1Corinthiens12 dans votre PDF pour démontrer théologiquement que les dons sont donnés à tous et que se sont des dons différents Les chapitres 10 à 14 parlent du déroulement des assemblées. Je n’y vois pas de ‘liturgie du dimanche’ mais bien que chaque chrétien exerce ces dons (qui ne sont pas les mêmes que tous) dans l’assemblée? Qu’est-ce que la ‘liturgie du dimanche’ pour vous, en fait? Elle part de quelle ‘théologie’?

        J'aime

  3. satch669 Auteur de l’article

    Par confession, j’entends ici (c’est vrai que le terme peut être employé pour autre chose) les diverses fractions des chrétiens (dont la plus importante en nombre est l’église catholique).

    Par église c’est varié, au sens strict c’est l’église formée par les chrétiens, mais je l’emploi parfois pour parler de communautés ecclésiales.

    Mais bref, je voulais simplement, tout simplement dire que si simplement les personnes pouvaient se parler de façon civilisée ce serait déjà un bond gigantesque 😉

    J'aime

    Répondre
    1. Béréenne attitude

      La plus importante en nombre est l’église catholique oui … universelle, oui !;) Par contre, les catholiques romains trichent un peu (et même beaucoup) car ils reprennent ‘tous les baptisés bébés’ de leur registre, même ceux qui n’ont jamais participer à une ‘activité chrétienne’ de leur vie! Passablement de chrétiens, par contre ne répertorient souvent pas du tout leur membres, ou alors uniquement ceux qui sont ‘assidus’. Donc de nombreux ‘baptisés’ n’apparaissent aps dans les statistiques.

      Aimé par 1 personne

      Répondre
  4. satch669 Auteur de l’article

    Le culte du dimanche n’est qu’un des nombreux points d’une vie de chrétien, d’ailleurs on peut très bien être chrétien sans spécialement assister à un culte le dimanche 😉

    C’est simplement que c’est le seul moment où je peux assister à un culte, mis à part parfois des cultes en soirée (évangéliques), mais en journée c’est le dimanche. Mais bon, le jour et l’heure est un peu secondaire…

    Comme j’ai dit dans un message précédent, mea culpa, je n’ai pas « démontré théologiquement », juste exprimé ce que je comprenais.

    Concernant les cultes dominicaux d’une paroisse réformée, ça consiste à plusieurs prières, chants de psaumes, lectures bibliques et prédication. En effet les chrétiens exercent leurs dons, ça je ne dis pas le contraire, simplement ce n’est pas nécessairement des dons visibles et spectaculaires.

    J'aime

    Répondre
    1. Béréenne attitude

      Oui,

      Maintenant vous avez écrit ceci : Pour les textes, je choisis simplement ceux qui apparaissent dans la liturgie des textes du dimanche. Après je choisis celui des trois (AT, épître ou évangile) qui m’inspire le plus.

      Vous étiez parti de la liturgie de dimanche qui comportait 3 textes de la Bible à lire, (AT, NT et psaume) en tant que ‘base’. Et vous aviez choisi parmi les 3, 1Corinthiens12. Comme je comprends, 1Corinthiens 12 n’est pas (encore?) pratiqué dans votre assemblée (confession) mais c’est ce que vous souhaitez? Ce que beaucoup souhaitent? Ce que vous et votre ami (J’ai lu ce qu’il lui arrive) souhaitez? Ce que les modernistes et les libéralises souhaitent?

      Pour faire plus cours, qui souhaitent mettre en pratique 1Corinthiens12 et dans quel cadre? si je peux me permettre, vous avez repris ces 3 textes (enfin un des 3) à partir de quelle ‘liturgie du dimanche’ ? Elle est ‘tombé d’où’ votre ‘liturgie du dimanche’ ?

      Sinon pour le dialogue oui, oui, oui, pour la paix aussi, mais vous n’avez pas répondu à mes questions d’unité. Unité, cela veut dire quoi exactement pour vous et c’est dans quel but ? Merci de relire mes premiers commentaires car pour l’instant, je n’ai pas trouvé d’arguments à l’unité ni la définission d’unité de la part des uns et des autres.

      J'aime

      Répondre
      1. satch669 Auteur de l’article

        Je ne me fais pas autant de difficulté, je choisis simplement un texte à commenter, avec un angle particulier et sélectif.

        Mon propos n’est ni une étude biblique, ni une vérité absolue, ni un enseignement, ni une volonté pour imposer telle ou telle liturgie. C’est tout simplement une lettre, un billet. Rien de plus.

        L’angle, comme on dit en journalisme, n’est pas ici tourné sur la liturgie mais sur la culpabilité ressentie par certains de ne pas avoir tous les dons de l’esprit.

        Pour l’unité je pense avoir répondu, peut être pas ce que vous attendiez, mais j’ai répondu. Je n’attend rien sur la forme (nouvelle federation, grande confession de foi commune, ou que sais-je encore). J’attends simplement la concorde (comme je l’ai dit j’ai employé « unité » mais le terme concorde me semble plus approprié).

        J'aime

      1. Béréenne attitude

        Je vous relisais. Vous avez écrit dans votre premier commentaire, je vous cite :
        -« l’objectif est de rendre un peu plus intelligible l’évangile. (…) avoir un dialogue apaisé entre chrétiens ou pas de dialogue du tout, mais en tout cas d’éviter les inutiles empoignades. (…) globalement nuisible à l’évangile (,,,) unité peut sous-entendre qu’il y a une volonté de rassembler tous les chrétiens dans une seule et même confession, ce qui n’est absolument pas le cas »,

        Vous avez écrit d’autre part avoir repris, je cite votre article ci-dessus : « un texte de la liturgie universelle ».

        Vous prenez donc pour acquis qu’il existe une liturgie universelle mais vous être certain qu’il n’y aura jamais de confession universelle. Est-ce votre opinion personnelle, ou celle de toute personne ‘impliquée’ dans l’unité ?

        J'aime

      2. satch669 Auteur de l’article

        Ce n’est que ma modeste opinion 😉

        Concernant la liturgie, je veux simplement parler de l’ordre de lecture des textes lors des cultes dominicaux.

        En revanche une liturgie (quelle qu’elle soit) ne saurait se substituer je pense à une méditation approfondie des écritures. La liturgie n’est qu’un moyen, elle est là pour nous retrouver un moment donné pour prier en groupe. Mais elle n’est qu’un moyen. Il ne faudrait pas avoir un raisonnement du type « c’est bon, j’assiste au culte tous les dimanches, pas besoin d’en faire plus ».

        Quant au contenu de la liturgie, tant qu’on y prêche que Jésus Christ est Seigneur et Sauveur, mort pour nous et ressuscité, ça me va (en gros, je passe les détails). Je me suis déjà rendu dans des assemblées ayant une liturgie complètement différente de la liturgie réformée, qui prenait pour la prédication ses textes sans respecter l’ordre, ça m’a pas choqué, tant que sincèrement nous professons Jésus, là est l’essentiel.

        Liturgie oui, mais nous ne devrions jamais en etre l’esclave.

        J'aime

    1. satch669 Auteur de l’article

      Multiples!

      Certains sacralisent la liturgie en y voyant non pas un moyen de se retrouver mais comme une sorte d’ordre sacré de lecture des textes au fil des dimanches, à l’opposé certaines communautés ecclésiales piochent au hasard le texte qui sera objet de la prédication du jour, d’autres encore ne chantent pas durant les cultes mais laissent une très large place à la lecture et à la prédication, d’autres encore ne font presque que chanter avec une toute petite part laissée à la lecture de la Bible…

      Bref, grande variété de se retrouver en assemblée, chaque chrétien peut y trouver son compte 😉

      Il n’y a pas je pense de bonne et de mauvaise manière (tant qu’on loue Jésus christ Seigneur et Sauveur).

      J'aime

      Répondre
      1. satch669 Auteur de l’article

        Ça ne me torture pas la tête jour et nuit 😉

        Ils reconnaissent les autres confessions chrétiennes comme communauté ecclésiale (c’est dans je sais plus quel texte de VII), mais en effet ils pensent avoir seuls la plénitude de la révélation par leurs trois canaux (écriture, tradition, le Pape).

        C’est leur problème je dirais. Ça empêche pas sur le terrain d’avoir de temps à autre des offices communs, y participe qui veut.

        J'aime

      2. Béréenne attitude

        Oups, j’espère que mon commentaire précédent n’est pas parti ‘tout seul’.

        J’écrivais : la liturgie, les offices communs sont un point particulier dans le christianisme.

        Pour revenir à la ‘concorde’, le point de départ n’est-il pas de se reconnaitre mutuellement comme ‘entité différente’ ? Comme entité.

        Un dialogue (une concordance, une unité, un partage) commence avec la reconnaissance de l’autre : tu es autre et je dialogue avec toi.

        Sans reconnaitre la ‘légitimité’ des uns et des autres, le dialogue, l’unité, la concordance est tout simplement impossible …

        J'aime

      3. satch669 Auteur de l’article

        Effectivement, je suis assez d’accord avec cette définition nous concernant de la concorde. Les différences doivent être reconnues pour que le dialogue soit possible 😉

        La vraie et grande unité ne se fera je pense qu’au ciel, là il n’y aura plus de réformés, catholiques, pentecôtistes, adventistes, luthériens, etc… Il y aura simplement Dieu et son peuple.

        J'aime

      4. Béréenne attitude

        L’église anglicane par exemple, s’achoppe (encore?) sur le célibat obligatoire des prêtres. Que pensent les réformés du célibat obligatoire ? Est-ce que les théologiens-pasteurs sont prêts à faire vœux de chasteté aujourd’hui? Comment envisagez-vous pour les générations futures la fonction de théologien-pasteur? Et donc aussi les ‘cultes réformés dans le future’ ? Donc la diversité d’office?

        Les anglicans écrivent ceci sur Internet:

        La commission romaine-anglicane (CIACR) a donner ses conclusions à Seattle et à Westminster. Les anglicans ont reconnu « la doctrine Catholique de la Vierge Marie « conforme aux enseignements de l’Ecriture » et de la Tradition*. Les anglicans écrivent textuellement au sujet de cette doctrine : elle n’est plus une pierre d’achoppement sur la voie de l’union des deux Eglises. Ou bien, comme le pape Ratzinger préfèrerait que nous le disions, cet accord ouvre la voie à un « retour » de la communauté Anglicane au « bercail » de l’Eglise Catholique.

        Les pierres d’achoppement, qui empêchaient la réconciliation entre les deux Eglises, étaient principalement (les dogmes sur Marie, le célibat des prêtres et des quesions de patrimoine)
        Comme son nom l’indique (auto -soi-même- cephale -la tête-), elle n’entre pas dans une structure hiérarchique ; son patriarche, son pape (Église copte orthodoxe) ou son Catholicos (Église apostolique arménienne), est la seule autorité qui s’exerce. Toutefois, pour les Églises des sept conciles, une primauté d’honneur est reconnue au patriarche œcuménique de Constantinople, conformément au canon du concile de Chalcédoine en 451.

        Dans l’ancien système de la pentarchie, chaque Église patriarcale possédait l’autocéphalie ; en cas de désaccord entre les Patriarches, l’empereur tranchait, comme ce fut le cas jusqu’au premier concile de Chalcédoine. Les systèmes de primauté incluant Alexandrie, Antioche, Rome puis Jérusalem et Constantinople n’ayant jamais fonctionné …

        Quelle est la position réformée à ces sujets?

        Se pensent-ils eux-mêmes en tant qu’église légitime ?

        Sinon, comment envisagent-ils l’avenir ? Et l’avenir de la fonction de ‘pasteur’ ? Et l’avenir de la liturgie protestante ?

        J’aimerais beaucoup entendre la position réformée car les théologiens protestants d’un coté semble voir le pastorat comme ‘un métier’ (une fonction) peu importe la ‘vie privée’, (et donc le célibat ou non du pasteur) et d’un autre coté, plusieurs théologiens protestants semblent dire que le protestantisme en lui-même a été une erreur …

        J'aime

      5. satch669 Auteur de l’article

        Cette question n’en finie pas de diviser…

        Les pasteurs de l’église protestante unie de France ne sont pas tenus au célibat.

        Le chapitre 3 de la première lettre à Timothée semble montrer que les responsables ecclésiaux peuvent avoir une vie conjugale.

        La chasteté pour se consacrer entièrement à son ministère est une grâce particulière, mais ne semble pas incontournable selon les épîtres.

        La diversité d’office est déjà de fait au sein du protestantisme, dans l’Eglise protestante unie de France cohabitent réformés (c’est une majorité, lié au passé culturel), luthériens (surtout dans l’Est de la France), certains évangéliques (encore minoritaires mais en pleine expansion), quelques communautés charismatiques, etc…

        Sur le terrain ça se passe en fait plutôt pas mal, chacun trouve « chaussure à son pied » si je peux dire.

        La fédération n’est en France qu’une unité de moyens logistiques (entre autre et surtout mise à disposition de locaux).

        Je pense donc qu’au niveau de la liturgie il faut la laisser libre, tant qu’elle a pour objet de louer Dieu.

        La fonction de pasteur est envisagée avec assez de liberté, la fédération aide les pasteurs qui le souhaitent à se former.

        J'aime

      6. satch669 Auteur de l’article

        « Cette génération passera mais mes paroles elles ne passeront pas »

        Je pense que nous aurons toujours une trace de l’écriture 😉

        Je pense qu’un des challenges, qui peut aider chacun est de se rendre compte que finalement nous louons un Dieu qui nous dépasse de loin et dont les desseins nous surpassent avec nos pauvres moyens humains. Heureusement grâce nous a été faite d’avoir Jésus Christ, incarnation du Verbe de Dieu, et sa parole qui restera.

        Finalement les liturgies, arrangements ecclésiaux, cultes ou que sais-je encore ne sont que nos moyens humains pour remercier Dieu pour cette grâce à laquelle nous répondons par notre foi en Jésus Christ (il y a quand même le baptême et le partage du pain et du vins que le Seigneur a explicitement demandé).

        J'aime

      7. Béréenne attitude

        Vous me parlez du baptême par exemple, qui est légitime pour baptiser? Selon quels critères ? Reprendre ce que disent les évangiles ? La tradition apostolique, la tradition de l’église x ou celle de l’église y (mais si ce n’est pas une église ???) selon la théologie x, la doctrine ou le dogme y ?

        Se retrouver tous ensemble pour dialoguer aujourd’hui, super. Mais je vous demande encore une fois, et demain?

        J'aime

      8. satch669 Auteur de l’article

        Je ne sais pas tout et je n’ai pas de boule de cristal, je ne sais pas 😉

        Pour l’heure la grande majorité des paroisses de l’église protestante unie de France reconnaît le baptême catholique et vis versa, c’est déjà un point.

        Le baptême de l’eunuque par Philippe dans les Actes semble un indice comme quoi un chrétien même si il n’est pas spécialement pasteur peut baptiser.

        J'aime

      9. Béréenne attitude

        Vous sortez du sujet ! 😉 Vous écrivez: « La diversité d’office est déjà de fait au sein du protestantisme »
        Oui, est déjà de fait, mais ma question est : et demain sera-t-elle ENCORE de fait?
        Vous écrivez : « dans l’Eglise protestante unie de France cohabitent réformés, luthériens, certains évangéliques, quelques communautés charismatiques, etc… Sur le terrain ça se passe en fait plutôt pas mal, chacun trouve « chaussure à son pied » si je peux dire.
        Oui, aujourd’hui.

        Vous écrivez : La fédération n’est en France qu’une unité de moyens logistiques (…)La fonction de pasteur est envisagée avec assez de liberté, la fédération aide les pasteurs qui le souhaitent à se former.

        Oui, la fonction de pasteur est très libre. Il n’y a aucune obligation vis-à-vis de la vie privée, et plus loin de la croyance du pasteur, ou de ses ‘positions doctrinales’, etc, etc

        Je vous parle de la génération suivante de pasteur. Vous avez écrit dans votre tout premier commentaire : En effet unité peut sous-entendre qu’il y a une volonté de rassembler tous les chrétiens dans une seule et même confession, ce qui n’est absolument pas le cas. Puis vous me dite que c’est votre appréciation personnelle et qu’il y a de multiples apréciation à ce sujet. Que deviennent les réformés demain ?

        J'aime

      10. satch669 Auteur de l’article

        Je ne sais pas ce qu’ils, enfin nous allons devenir demain (je m’inclue dans les réformés ayant une affinité avec la théologie calviniste).

        Je n’ai absolument aucun moyens de savoir ce qui va se passer demain pour la concorde entre communautés, je peux simplement à mon petit niveau respecter les autres chrétiens et les reconnaître comme tel.

        La seule chose que nous puissions faire pour les générations futures c’est leur laisser un christianisme qui au moins se respecte. Après, on ne peut pas agir à la place de ceux qui viendront après nous, la balle sera alors dans leur camp 😉

        J'aime

      11. Béréenne attitude

        Vous avez écrit textuellement : La seule chose que nous puissions faire pour les générations futures c’est leur laisser un christianisme qui au moins se respecte

        Un christianisme qui se respect, trois fois oui. Maintenant, que mettre concrètement derrière cette phrase ?

        C’est une phrase ‘bateau’ qui peut vouloir dire ‘tout’ et son contraire.

        Que mettre AUJOURD’HUI, derrière ‘église qui se respecte’ ? Est-ce continuer aujourd’hui à ne pas reconnaitre toutes les églises comme étant légitimes … tout en annonçant l’unité ? Est-ce réellement ‘se respecter’ ? Est-ce réellement dans ce sens que va un évangile qui se respecte ? ( Sinon, je vous avais pris pour un non-catholique, au départ).

        Je comprends mieux votre impossibilité de me répondre très clairement, votre ‘réserve’, ayant découvert dernièrement, les engagements que les ‘séminaristes’ prennent.

        Soyez béni

        J'aime

      12. satch669 Auteur de l’article

        Je ne suis pas séminariste, ma parole n’est pas verrouillée 😉

        Simplement, ce que je tente de dire, c’est un grand: je ne sais pas.

        Je lance uniquement des pistes, la concorde dont nous parlions, mais le quand, le comment dans le futur, les méthodes futures, je ne sais pas.

        Je ne sais pas, tout simplement.

        Il faut aussi accepter la réponse « je ne sais pas ». Ce n’est pas que je suis gêné. C’est que je ne sais pas.

        Soyez bénie 😉

        Aimé par 1 personne

      13. Béréenne attitude

        Merci pour votre franchise.

        Vous aviez affirmez au départ, ce qui suit, et je pense que plusieurs en sont convaincus. Ou bien plutot, je pense que pour plusieurs, annoncer cette unité prime sur beaucoup d’autres considérations, voir sur toutes considérations. C’est très bien de refléter un christianisme apaisé ‘globalement’. Par contre, je m’interroge sur le fait de voir en cela ‘The Solution’ à tout … Comme dans l’exemple que vous avez repris dans votre PDF sur 1Corinthiens12, UN particularisme devient un essentiel incontournable en lui-même, qu’il soit le baptême du Saint-Esprit (le charismatisme), ou un autre ‘point particulier’, et généralement, comme vous-même l’avez écrit, l’intégrisme n’est pas loin. C’est à dire, penser avoir trouver quelque chose de plus, de mieux, et déconsidérer ceux qui ne pensent pas (ou ne ressentent pas, ou ne vivent pas, etc) ce point incontournable.
        Passez une très bonne journée.
        (Je discuterais volontiers avec vous encore de cette fameuse culpabilité, par exemple pour connaitre comment vous (votre ‘confession’) c’est à dire d’autres chrétiens appréhende et en sortent, ou encore sur les liturgies ou encore sur que reprendre dans la Bible, et que ne pas reprendre et pourquoi)

        (Ci-dessous, vos écrits en question)

        « Unité » est en revanche le terme breveté pour cette fameuse semaine, que je reprends moi-même. Mais si voulais être exact je parlerai plus volontiers de « semaine de prière pour la concorde ». En effet unité peut sous-entendre qu’il y a une volonté de rassembler tous les chrétiens dans une seule et même confession, ce qui n’est absolument pas le cas.

        J'aime

      14. satch669 Auteur de l’article

        Je ferai bientôt un commentaire sur cette culpabilité 😉 (article ou audio)

        Pour les dons donnés par l’Esprit, je pense que l’essentiel est de cultiver ce que Dieu nous donne. Et aussi d’être patient, parfois les effets de telle ou telle grâce peuvent ne pas se manifester à l’instant t où l’on se converti (d’où je pense le fait qu’il ne faut pas culpabiliser dans les premiers temps si on ne « sent rien » venir).

        Charge à la communauté ecclésiale de faire en sorte que ses membres puissent au mieux exprimer leur dons (certains auront le charisme et la voix pour la prédication, d’autres savent dans l’Esprit conduire les chants de Psaumes, d’autres encore sont des administrateurs hors de paire pour les services diaconaux, etc…).

        Très bon après-midi!

        J'aime

      15. Béréenne attitude

        Bonjour, Mettre communauté et ecclésiale dans une même phrase ou encore administrateurs et services diaconaux. J’ai essayé de comprendre ce que vous mettez derrière ces termes et j’ai supposé que vous aviez repris ‘le vocabulaire que vous pensiez être le mien’ ??? Comme je ne connais aucun catholique ‘de visu’, je suis peu habituée à votre vocabulaire, moins encore au vocabulaire catholique qui s’adapterait au protestantisme! 🙂 Comme vous semblez vous baser (en partie ?) sur la Bible pour les services-fonctions-ministères (Le baptême de Philippe et de l’Éthiopien), dans la Bible les diacres de Tite et Timothée ne font pas d’administration et la communauté ecclésiale et les membres sont une seule et même ‘entité’. Je n’ai pas très bien compris ce que vous avez réellement souhaité me dire. Pourriez-vous reformuler avec le vocabulaire qui est le vôtre ou avec un tout autre vocabulaire?
        Merci d’avance.

        Très bon après-midi à vous aussi

        J'aime

      16. satch669 Auteur de l’article

        Je ne suis pas catholique, je suis protestant 😉

        Je ne soupèse pas tous les mots, il ne faut pas chercher à me lire entre les lignes 😉

        Je voulais simplement dire que c’est cool et relax, chaque communauté/paroisse/réunion de chrétiens fait ce qui lui semble le plus juste pour rendre une culte à Dieu et fortifier sa foi en Jésus Christ.

        Je n’ai pas particulièrement cherché à employer tel ou tel vocabulaire. Concernant l’administration c’est vraiment des détails pratiques (trouver un local qui peut contenir tous les paroissiens, tenir les gens au courant de tel ou tel événement, etc…) donc je suis pas étonné que Paul n’ait pas passé de longs versets à en décrire le processus ni qui fait quoi.

        Bon après-midi 😉

        J'aime

      17. Béréenne attitude

        Ha, donc, vous êtes donc bien protestant. Ce que j’avais premièrement compris en vous lisant.(Libéraliste) Donc vous ne faites pas de différences entre les chrétiens, les laïcs et le clergé n’existant pas chez les protestants. Parce que votre dernier commentaire laissait entendre le point de vue catholique à ce sujet ! 🙂

        J'aime

      18. satch669 Auteur de l’article

        OK, je comprends mieux ce qui vous chiffonnait 😉

        En effet il n’y a pas de notion de clergé. Simplement le pasteur d’un temple est reconnu comme étant le mieux à même d’accomplir son office (principalement la prédication). Mais ce n’est pas « gravé dans le marbre », c’est simplement une compétence qui est reconnue, dans la pratique la parole d’un pasteur n’a pas plus d’autorité que celle de n’importe quel chrétien 😉

        J'aime

      19. satch669 Auteur de l’article

        Si je peux me permettre vous présumez mal 😉

        Je n’ai pas de cadre particulier, j’étudie la Bible et le grec, ainsi que certaines sommes de théologie comme l’Institution de Calvin.

        J'aime

      20. satch669 Auteur de l’article

        Pourquoi cherchez-vous à ma faire dire ce que je n’ai pas dit?

        Vous préjugez toujours de ce que je peux penser. Je suis beaucoup moins torturé, je ne me pose pas ces questions, c’est tout. J’ai encore le droit de me poser les questions que je veux non?

        J'aime

  5. Béréenne attitude

    Oui. C’est l’église catholique universelle spirituelle qui a ‘un pied dans le ciel’ composée de tous les chrétiens et qui dans les faits est déjà très unie autour de Christ.

    L’œcuménisme dans l’histoire (pas celle de ces dernières décennies) était un dialogue entre les chrétiens de toutes les villes mais chacun reconnaissait la légitimité de l’autre … jusqu’à ce que plus personne ne reconnaissent la légitimité de ‘tous les autres’ Cette église universelle est vide depuis des siècles car tous se sont excommuniés les uns les autres.

    Est-ce que se reconnaitre mutuellement (et sur un même plan) les uns les autres ne devrait pas être le point de départ de tout dialogue ?

    Les cultes/ioffices en commun sont ‘la surface’, la ‘décoration’. Qu’en est-il des fondements? Des fondations, c’est à dire du ‘ gros morceau’.

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s