Abel et Caïn, le sacrifice, la justice et la foi

Chères lectrices, chers lecteurs,

cette semaine nous allons nous intéresser à une histoire antédiluvienne de la Bible, le meurtre d’Abel par son frère Caïn. Cet épisode est célèbre et riche d’enseignements, je vous propose de m’accompagner en des temps reculés, sur une terre qui n’a pas encore connu le déluge. Essayons de voir en quoi ce récit est essentiel et annonce les enseignements du Nouveau Testament.

cain-abel

Le récit biblique du meurtre d’Abel par Caïn (Genèse chapitre 4 versets 1 à 16)

1 Adam connut Ève, sa femme; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit : J’ai formé un homme avec l’aide de l’Éternel. 2 Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur.
3 Au bout de quelque temps, Caïn fit à l’Éternel une offrande des fruits de la terre; 4 et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande; 5 mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu. Et l’Éternel dit à Caïn : Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu ? Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui.
8 Cependant, Caïn adressa la parole à son frère Abel; mais, comme ils étaient dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel, et le tua.
9 L’Éternel dit à Caïn : Où est ton frère Abel ? Il répondit : Je ne sais pas; suis-je le gardien de mon frère ? 10 Et Dieu dit : Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi. 11 Maintenant, tu seras maudit de la terre qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère. 12 Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus sa richesse. Tu seras errant et vagabond sur la terre. 13 Caïn dit à l’Éternel : Mon châtiment est trop grand pour être supporté. 14 Voici, tu me chasses aujourd’hui de cette terre; je serai caché loin de ta face, je serai errant et vagabond sur la terre, et quiconque me trouvera me tuera. 15 L’Éternel lui dit : Si quelqu’un tuait Caïn, Caïn serait vengé sept fois. Et l’Éternel mit un signe sur Caïn pour que quiconque le trouverait ne le tuât point.
16 Puis, Caïn s’éloigna de la face de l’Éternel, et habita dans la terre de Nod, à l’orient d’Eden.
Historicité du récit d’Abel et Caïn

La question de l’historicité des récits bibliques pré-abrahamiques est secondaire. A titre personnel je considère ces premiers récits (Adam et Ève, Noé…) comme l’histoire de la relation de Dieu avec sa création, Adam et Ève étant les premiers êtres ayant eu conscience de l’Éternel. Cette précision est importante pour savoir dans quelle optique je produis cette analyse du texte.

En ce sens, difficile d’attribuer au récit que nous étudions aujourd’hui une quelconque historicité à première vue. A première vue seulement, car comme je vais le démontrer en appliquant une certaine logique, cette histoire s’est nécessairement déroulée, il y a longtemps. Le récit d’Abel et Caïn nous raconte le premier meurtre de la Bible, or parmi tous les meurtres perpétrés depuis l’aube des temps il en est forcément un qui a été le premier. Abel et Caïn possède donc par la force des choses une part d’historicité.

Comme il a été dit et comme nous allons le voir cette question de l’historicité est secondaire dans ce récit. Les enseignements de cette courte histoire sont beaucoup plus riches que le faits.

La force du sacrifice

La première différence aux yeux de l’Éternel est la nature du sacrifice. Caïn offre « des fruits de la terre », Abel un agneau premier-né de son troupeau. Dieu préfère le sacrifice d’Abel, ce qui provoque la jalousie de Caïn. Ce fait, à savoir le sacrifice d’un agneau agréable à l’Éternel, trouvera plusieurs répercutions dans la Bible:

-Abraham sacrifie un bélier, l’Éternel ayant retenu sa main pour l’empêcher au dernier moment de prendre la vie d’Isaac (Genèse chapitre 22).

-Les israélites échappent à la dernière plaie d’Egypte en répandant le sang d’un agneau sur les deux poteaux et sur le linteau des portes (Exode chapitre 12).

-Jean-Baptiste présente ainsi le Christ: Il vit Jésus venant à lui, et il dit « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde » (Jean chapitre 1 verset 29).

La première force de ce récit antédiluvien est donc d’évoquer très tôt dans l’histoire notre planche de salut, le seul sacrifice permettant de laver nos péchés. En effet il faudra attendre la Nouvelle Alliance et le sacrifice de Jésus Christ, agneau de Dieu, pour nous permettre par la foi de vaincre le péché. Cette offrande d’Abel, agréable à l’Éternel, préfigure en ce sens le véritable message du Nouveau Testament, Jésus viendra accomplir sur la croix le sacrifice ultime permettant de laver les péchés des hommes (et des femmes).

La faillibilité de l’homme

Le conseil donné par Dieu à Caïn est de se ressaisir et recommande vis à vis du péché: « domine sur lui ». Il faut bien comprendre que pour mettre en oeuvre son plan et affermir la foi en lui l’Éternel use des moyens qu’il juge nécessaire, comme par exemple lorsqu’il demande à Abraham de sacrifier son fils Isaac. Bien entendu il épargne Isaac, en offrant à la place un bélier pour le sacrifice, mais sa méthode pour tester la foi d’Abraham consiste bel et bien à demander à ce dernier si il est prêt à sacrifier son propre fils.

Dieu semble ici utiliser Caïn, en lui donnant un conseil à ne pas suivre, « domine sur lui » (en parlant du péché). Conseil à ne pas suivre car nous le savons bien, c’est par la prière à l’Éternel que nous demandons de nous libérer du péché, non par une volonté humaine. Ça ne rate pas avec Caïn, qui ne va pas réussir à dominer ses péchés et va tuer son frère par jalousie. D’un point de vue chrétien, ce meurtre est donc l’illustration que le péché ne peut être dominé que par l’appel à Dieu. L’Éternel se sert de Caïn afin de démontrer que l’homme seul ne peut se débarrasser du péché, de même que Caïn ne peut se dominer par lui-même et en vient à tuer son frère.

La punition de Caïn

Beaucoup de choses ont été écrites sur la fameuse marque posée sur Caïn. Il n’y a pas plus d’explication dans les écritures, les chercheurs restent un peu sur leur faim. Pourtant tout est dit dans les quelques lignes de cette histoire. L’Éternel ne juge pas bon de tuer le fratricide, contrairement à ce qu’il prescrira dans le décalogue bien des générations plus tard du temps de Moïse. La seule mort à ce stade de la Genèse, celle d’Abel, est la cause de la main de l’homme. Il n’y a pas encore eu Sodom et Gomorrhe, les lois prescrivant de lapider les meurtriers au nom de Dieu, etc…

Ce régime divin d’avant le déluge se rapproche donc des prescriptions de la Nouvelle Alliance, où la loi mosaïque est portée à un niveau spirituel. Jésus, Dieu qui s’est fait homme, ne demande pas de tuer mais demande de pardonner à ceux qui nous offensent. Caïn n’est donc pas tué par Dieu pour son crime, il est marqué et sa descendance le sera aussi par la force des choses. La descendance de Caïn construira les premières villes, créera l’industrie des forges (voir la suite du chapitre 4 de la Genèse où est décrite la postérité de Caïn), mais ne survivra pas au déluge.

Que retenir du récit d’Abel et Caïn?

Cette histoire est très courte et sans un minimum de connaissance théologique on passe complètement à côté des principaux enseignements qu’elle comporte. Le meurtre lui-même est accessoire. Ce n’est pas une histoire de meurtre, c’est une histoire de sacrifice, de foi et de justice comme nous l’avons vu. Je vous invite à relire ces récits pré-abrahamiques, la Création, la chute d’Adam et Ève, Abel et Caïn, le déluge, la Tour de Babel. La Genèse est incontournable pour la compréhension globale de l’histoire de notre foi chrétienne.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Abel et Caïn, le sacrifice, la justice et la foi »

  1. Ping : Présentation du « projet Matthieu  | «La Colombe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s